AccueilAccueil  Site GestionSite Gestion  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Ven 20 Jan 2012 - 20:48

Première victoire pour Oscar FREIRE cette année Smile.
C'est une petite surprise, car on ne l'attendait pas forcément dès le Tour Down Under.



Freire : "Je suis vraiment content"

Oscar Freire, de retour au premier plan. Après une saison 2011 plutôt compliquée, le sprinteur espagnol commence bien sa saison 2012 avec une victoire ce vendredi sur la quatrième étape du Tour Down Under. Profitant de la sélection effectée lors de la dernière ascension du jour, Freire a réglé un groupe d'une quarantaine de coureurs. Sa "spéciale". Au pied du podium, l'ancien triple champion du monde a fait part de sa satisfaction :

"Je suis vraiment content de ma performance du jour et de cette première victoire que je ne pensais pas pouvoir accrocher si tôt dans la saison. Mais, au-délà de ça, je suis vraiment content d'avoir gagné pour ma nouvelle équipe Katusha. Aujourd'hui ça a été une étape difficile, mais je me sentais très bien, surtout lors des montées. Aussi, mes coéquipiers ont toujours été à mes côtés et m'ont beaucoup aidé. Ils ont fait de leur mieux pour que je puisse jouer la victoire d'aujourd'hui, qui n'est pas seulement la mienne, mais aussi celle de mes coéquipiers." En tout cas, ses adversaires sont prévenus. Freire n'est pas mort, loin de là.


http://www.cyclismactu.fr/news-tour-down-under-freire-je-suis-vraiment-content-21775.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Lun 23 Jan 2012 - 22:28

Coppel : "Le Tour de France m'a fait gagner en puissance. Ma progression passera par l'enchaînement de grosses courses qui me feront passer des paliers."

Jérôme, comment s'annonce votre saison 2012 ?
Bonne, je l'espère. Ma préparation hivernale s'est bien passée et nous sortons d'un stage avec l'équipe en Espagne. J'espère que les efforts fournis durant ces dernières semaines vont payer dès le début de la saison.
Avez-vous adopté des nouveautés durant votre préparation ?
Pas cet hiver, non. J'ai repris les mêmes bases que d'habitude, avec pas mal de ski me concernant. La différence avec les années passées, c'est que nous avons eu de meilleures conditions climatiques, donc j'ai pu rouler davantage. C'est ça le changement. Pour le reste, j'ai repris les mêmes bases que les autres années.
Le ski de fond, c'est une passion à laquelle vous continuez de vous adonner durant l'hiver ?
C'est par cette discipline que je suis arrivé au vélo. Ma copine est dans le ski de fond et ça me permet de garder contact avec cette spécialité et de bien m'entraîner l'hiver. Cet hiver j'en ai fait jusqu'au premier week-end de l'année, où j'ai participé au Marathon de Bessans, juste avant de rejoindre l'équipe en stage. C'est une épreuve à laquelle j'essaie de participer tous les ans et qui représente un bon point de repère pour moi. Cette fois j'ai terminé 13ème.
Par où passera votre début de saison ?
Je débuterai à l'Etoile de Bessèges, puis je participerai à la Ruta del Sol et à Paris-Nice. Là, ce sera mon premier objectif de l'année. J'espère être en forme pour Paris-Nice.
Qu'attendez-vous de cette saison ?
J'aimerais réussir la même saison que l'année dernière, avec une victoire en plus, ce serait bien (NDLR : la dernière victoire de Jérôme Coppel remonte au Tour du Gévaudan en septembre 2010). Après, on espère toujours faire mieux d'une année sur l'autre mais si j'arrive déjà à faire la même saison que l'an passé avec une victoire, ce sera une belle saison.
Vous avez 25 ans, par où peut encore passer votre progression ?
Physiquement, j'ai fait ma première saison complète en 2010, de février à octobre, et j'ai senti que j'avais pris de la puissance cette année-là. En 2011, j'ai fait le Tour de France, j'ai terminé 14ème, et je pense avoir gagné encore en puissance. Ma progression, elle passe par là. L'enchaînement de grosses courses va me faire passer des paliers. J'ai encore un peu de marge et j'espère, vers 27-28 ans, voir ce que je peux vraiment faire sur les courses par étapes.
Que pensez-vous de l'équipe Saur-Sojasun dans sa version 2012 ?
C'est une très belle équipe. Le recrutement a été judicieux, avec des coureurs qui vont être très performants. L'arrivée de Brice Feillu, David Le Lay, Maxime Médérel et Etienne Tortelier sont de très bons coureurs qui vont pouvoir m'épauler en montagne et même me soulager sur certaines courses en prenant des responsabilités, ce qui est très bien.
Pour le reste, le groupe n'a pas trop évolué, c'est mieux ?
Oui, c'est important la stabilité. Nous avons appris à gagner ensemble, nous avons nos automatismes, l'équipe progresse tous les ans et c'était important de préserver la base comme nous l'avons fait cette année. Au stage, j'ai trouvé que tous les gars étaient déjà bien en condition, je pense même un peu plus en avance que l'année dernière. C'est aussi dû aux bonnes conditions et c'est de bon augure pour le début de saison.
Quel était le programme du stage espagnol ?
Nous avons fait deux groupes d'une dizaine de coureurs. Quand nous avions des exercices spécifiques, on se regroupait par qualités, les grimpeurs, les sprinteurs, pour faire du bon boulot. Ce que nous avons fait durant ces dix bons jours.


http://www.velo101.com/pros/article/interview-de-jerome-coppel--4462
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Lun 6 Fév 2012 - 19:38

Première(s) victoire(s) de la saison pour Jérôme COPPEL Smile.
A titre personnel, il met fin à 16 mois de disette, et nous redonne un peu le moral. On espère que ses coéquipiers vont être inspirés par ce résultat, et qu’ils voudront tous prouver qu’ils peuvent eux aussi, lever les bras entant que vainqueur...





"C'est plutôt bon pour la confiance"

En remportant ce dimanche l'Etoile de Bessèges, Jérôme Coppel a lancé sa saison 2012 de la meilleure des manières possibles. A 25 ans, le Haut-Savoyard continue de prendre de la caisse au fil des mois. Quatorzième du Tour de France en 2011, le leader de la Saur-Sojasun a écrasé le contre-la-montre en côte finale, à Bessèges, lui permettant de se hisser en tête du classement général de l'épreuve. Outre ces deux belles victoires individuelles, Coppel retient également la performance collective de sa formation Saur-Sojasun. Il espère évidemment que lui, tout comme ses coéquipiers, vont poursuivre cette lancée en ce début d'année, avec comme premier grand rendez-vous, le Paris-Nice. Cette même "Course au Soleil" à laquelle ils n'avaient pu prendre part l'an passé. L'objectif est donc d'y briller, mais aussi, dans un second temps, d'y séduire Amaury Sport Organisation. Car une fois encore, le Tour de France sera le grand objectif de l'année, et le leader de Saur-Sojasun assure qu'il peut être encore meilleur pour l'équipe bretonne que celui de 2011.

Jérôme, à tête reposée, quel goût vous laisse cette victoire sur l'Etoile de Bessèges ?
C'est très satisfaisant. C'était une semaine éprouvante de par les conditions climatiques notamment. Ce n'était vraiment pas facile. Ce que j'en retiens, c'est bien sûr la victoire, mais aussi la performance collective de l'équipe. Tout le monde marchait très bien. On a vu Stéphane Poulhiès gagner, Anthony Delaplace prendre le maillot de meilleur jeune, et Saur-Sojasun remporter le classement par équipes. On a aussi été l'une des rares formations à finir au complet, donc c'était une super semaine pour l'équipe.
Vous êtes-vous contenté de gérer jusqu'au contre-la-montre de la dernière étape ?
Non, j'ai tout de même essayé avant. Dès la première étape, j'ai essayé de sortir dans le final. Nous étions quatre mais c'est finalement arrivé au sprint. Ensuite, dimanche matin, je suis ressorti dans un groupe de contre d'une dizaine de coureurs avec Jonathan Hivert. Donc, j'ai tout de même tenté d'aller gagner une étape et de reprendre du temps. Pierre avait 20 secondes d'avance, donc ce n'était pas gagné avec le chrono.
Etiez-vous malgré tout, confiant au moment d'aborder le contre-la-montre ?
Oui, j'étais confiant. Je savais que la forme était là. Je visais avant tout la victoire d'étape et je savais que Taaramae ou Fedrigo allaient être mes principaux adversaires. Après, concernant le général, je n'étais sûr de rien. Car, reprendre 20 secondes en 9 kilomètres, ce n'était pas gagné d'avance, surtout que Pierre marchait bien et il l'avait prouvé en gagnant une étape.
Votre performance individuelle et collective, c'est en tous les cas un bon signe pour la suite de la saison...
Je l'espère oui. En tous les cas, c'est bon pour la confiance. Cela prouve que l'an passé, avec le Tour et toutes les grosses courses que nous avons faites, nous avons progressé. Cela prouve que la préparation hivernale a été bonne. Tout le monde est performant et c'est surtout bon pour la confiance. Cela enlève un peu de pression avant les grands rendez-vous.
Justement, quel va être votre programme à présent ?
Je vais participer à la Ruta del Sol, à la Clasica Almeria et ensuite à Paris-Nice.
On vous imagine satisfait de retrouver Paris-Nice...
Oui, c'est une grosse satisfaction. L'année dernière, j'étais vraiment en pleine forme à cette periode là et malheureusement nous n'étions pas invités. Cette année, nous avons la chance d'y être. J'espère que les conditions climatiques seront quand même bonnes et que je pourrai faire un bon résultat.
C'est-à-dire ? Un top 10 ?
Oui, tout à fait. Si je peux refaire un top 10 comme il y a deux ans, ce serait déjà bien. Après, il faudra voir selon les circonstances de course.
Avez-vous également des ambitions pour la Ruta del Sol ?
Le problème, c'est que je ne cours pas beaucoup. Donc quand je reprendrai sur la Ruta del Sol, cela fera 15 jours que je n'aurai pas couru. Je serai plutôt en fin de phase de travail donc il me faudra un ou deux jours pour vraiment retrouver le bon coup de pédale. Maintenant, je vais vraiment là-bas sans pression, et au départ, sans viser le général. Ce sera au fur et à mesure des étapes que je fixerai mes objectifs.
Pour en revenir à Paris-Nice, c'est aussi la prochaine étape pour convaincre A.S.O. de vous sélectionner pour le Tour...
Bien sûr que Paris-Nice est important dans cette logique. Après, de notre côté, si on se rend là-bas, ce n'est pas spécialement pour prouver à A.S.O. quoique ce soit. Nous y irons pour marcher, pour montrer que l'équipe progresse, que l'on est dans le juste au niveau des entraînements et du collectif. Forcément, si le résultat est au bout, ajouté au début de saison que l'on est en train de faire, je pense que ça nous ouvrira les portes du Tour. Le Tour où je pense que l'on est capable de faire encore mieux que l'année dernière.
Enfin, ça vient de tomber. Contador est suspendu et perd ses résultats acquis depuis début 2011. Vous êtes donc vainqueur du Tour de Murcie 2011...
Oui, j'ai entendu cela, mais pour moi, il était présent sur la course. Il l'a gagnée, c'était le plus fort, et la victoire reste à lui.


http://www.cyclismactu.fr/news-jerome-coppel-c-est-plutot-bon-pour-la-confiance-22167.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mar 7 Fév 2012 - 19:00

Laengen : « Je sais ce que je veux »

La Norvège, sans compter sur un contingent immense, est l’un des pays émergents du cyclisme mondial. Thor Hushovd et Edvald Boasson Hagen en ont porté haut les couleurs sur le dernier Tour de France. Possible prochaine sensation du pays scandinave : Vegard Stake Laengen. Et lui n’est pas un sprinteur. Son terrain favori, ce sont les bosses. Il a démontré ses qualités en 2011 dans la catégorie espoirs, terminant troisième du Tryptique des Monts-et-Chateaux, quatrième du Tour de l’Avenir, septième du Tour des Flandres. « Sur la base de ce que j’ai fait chez les moins de 23 ans, je résumerais mes caractéristiques à celles d’un grimpeur ayant de bonnes capacités en chrono, explique-t-il à Velochrono. Mais la différence avec les rangs professionnels est réelle… Je vais devoir apprendre à connaître mes limites au sein de ce nouveau monde ! »

Cette grande bascule, Vegard Stake Laengen l’appréhende dans une équipe américaine, Type 1 – Sanofi. L’aventure a commencé le week-end passé à Donoratico, sur le Grand Prix de la Côte étrusque. Que retient-il de ces premiers pas ? « Il faisait froid ! De toute façon, ce n’est que plus tard, route faisant, que mes objectifs se détermineront. Je sais ce que je veux : montrer que je suis prêt à affronter ce niveau et aider mes coéquipiers. Ensuite, je veux saisir ma chance. J’ai l’opportunité de pouvoir participer à de très bonnes courses. Ça va être un excellent apprentissage. » Pour que celui-ci soit optimal, le garçon s’est installé en Italie, dans la région de Lucca, en compagnie de son frère, Oystein, coureur chez Plussbank. C’est aussi dans la botte qu’il a pris part au stage principal de sa nouvelle formation, où il a pu se lier « avec des hommes d’expérience comme Rubens Bertogliati ou Laszlo Bodrogi », qui « ne peuvent que l’aider à apprendre ».
« Il y a aussi des gars comme Alexander Efimkin ou Julien Antomarchi qui sont de bons guide, poursuit-il. En les côtoyant, je récolte énormément. Ils pourront me permettre d’atteindre mon rêve : gagner un jour une étape d’un grand tour. » A plus court terme, il va déjà devoir se distinguer sur le Tour méditerranéen, où l’opposition relevée devra lui permettre de déjà se jauger. Ensuite, Vegard Stake Laengen visitera les très spécifiques pavés du Het Nieuwsblad. « Mon contrat chez Type 1 démontre combien j’ai progressé en 2011 et je compte bien le montrer en 2012″, prévient-il. Garçon que l’on sent capable de lever les bras dès cette année, il pourrait rapidement se faire appeler « VSL » pour plus de commodité.


http://www.velochrono.fr/actu/2012/laengen-je-sais-ce-que-je-veux/
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Dim 12 Fév 2012 - 22:25

Premier bon résultat de notre jeune sprinteur Italien Elia FAVILLI Smile.
Profitant d'un parcourt moins sélectif que prévu, il a pu jouer sa propre carte sur les deux étapes du Giro della Provincia di Reggio Calabria. Il accroche ainsi, les troisième et sixième places sur ces deux arrivées au sprint, et au final, se classe troisième du classement général derrière l'intouchable Elia Viviani, et Daniele Colli. De bonne augure pour la suite de sa saison...



Dernière édition par Orbea le Ven 11 Mai 2012 - 23:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mer 15 Fév 2012 - 22:43

Rodriguez veut se tester physiquement

Après avoir fait un bref passage au Challenge de Majorque, Joaquim Rodriguez débute vraiment sa saison 2012 au Tour d'Oman. Présent avec une équipe Katusha Team très compétititive, le coureur originaire de Barcelone espère faire un résultat en terres orientales :
"Je suis en bonne forme, même si je ne suis bien pas encore à mon meilleur niveau", explique-t-il. "Quoiqu'il en soit, de nombreux coureurs sont ici pour se tester physiquement puisque nous ne savons pas à quel niveau nous sommes. Je pense notamment à Nibali, Fuglsang, etc. Tout le monde veut débuter la saison par une victoire, ce serait de bon augure pour cette nouvelle année 2012."

Le Tour d'Oman reste tout de même une course pour sprinteurs, et la Katusha peut compter sur Galimzyanov : "Notre équipe est solide pour les sprints. Concernant le général, on compte sur moi. Je sais que ce ne va pas être facile, mais nous avons quelques chances de gagner."


http://www.cyclismactu.fr/news-tour-d-oman-rodriguez-veut-se-tester-physiquement-22345.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Jeu 23 Fév 2012 - 18:04

Seconde victoire pour Oscar FREIRE cette année Smile.
Après être passé tout prêt de la victoire lors de la première étape, il n'a cette fois-ci, pas laissé passer sa chance sur cette troisième étape. Au passage, il s'impose devant Daniel SCHORN, autre membre de la CAJA EVRONA.



Freire : "C'était un sprint assez facile"

Le coureur espagnol Oscar Freire a décroché ce mercredi sa deuxième victoire de la saison sur la 3ème étape du Tour d'Andalousie - Ruta del Sol. Le membre de la Katusha a devancé au sprint l'Autrichien Daniel Schörn (Team NetApp) et Michael Matthews (Rabobank) : "Aujourd'hui, l'équipe Katusha a très bien travaillé", explique-t-il après la cérémonie protocolaire durant laquelle il a reçu le maillot du classement par points. "Nous avons réussi à maintenir un rythme élevé et beaucoup de coureurs ne pouvaient pas nous suivre pour disputer l'emballage final". "Le dernier virage a été tout de même difficile à prendre", avoue l'ancien Champion du Monde. "Mais après, la dernière ligne droite était en faux-plat descendant, c'était donc au final un sprint facile".

Après avoir passé 9 saisons au sein de l'équipe Rabobank, il s'est engagé cet hiver avec l'équipe russe Katusha : "Notre esprit d'équipe est fantastique. Nous nous améliorons tous les jours et je pense que cette année, nous allons obtenir de très bons résultats, même sur les courses les plus prestigieuses du calendrier. Me concernant, je suis en bonne forme même si c'est évident que je ne suis pas à mon meilleur niveau. Toutefois, ces deux victoires me donnent confiance pour la suite de la saison".

Le coureur ibérique en a profité pour confirmer la suite de son programme de courses : Montepaschi Strade Bianche, Tirreno-Adriatico, Milan-San Remo, E3 Prijs Vlaanderen-Halrebeke, Gand-Wevelgem, Tour des Flandres, Tour de Cologne-Rund um Köln, Amstel Gold Race, Flèche Wallonne (?), Liège-Bastogne-Liège (?), Tour de Bavière-Bayern Rundfhart, Tour de Suisse, Championnat d'Espagne, Tour de France et les Jeux Olympiques en ligne, avant de finir sa carrière lors des Championnats du Monde de Valkenburg.


http://www.cyclismactu.fr/news-ruta-del-sol-freire-c-etait-un-sprint-assez-facile-22513.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Ven 24 Fév 2012 - 20:17

Nouveau podium sur une course à étapes pour Jérôme COPPEL Smile.
Il profite de sa bonne condition actuelle, pour prendre la troisième place de la Vuelta a Andalucia - Ruta Ciclista Del Sol. Il retrouve sur le podium Rein Taaramae, et Alejandro Valverde vainqueur de cette épreuve.

Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Ven 24 Fév 2012 - 22:48

Langeveld : "Un point d'interrogation pour samedi"

« Ma victoire l’année passée et ma cinquième place quelques semaines plus tard dans le Tour des Flandres, m'ont motivé pour de nouveaux défis », explique Sébastian Langeveld qui portera le dossard 1 samedi lors de la première course de la saison en Belgique. Cependant, pour le coureur batave, rien n’est sur quant à son niveau de forme suite à sa lourde chute à Oman.

« Je n’ai pas eu de chance en ce début de saison, je suis tombé dans l'avant dernière étape du Tour du Qatar puis au Tour d'Oman et enfin j'ai eu une grippe intestinale. Mais, je pense que samedi cela ira », explique le coureur âgé de 27 ans qui récupère d’une hanche meurtrie. « Une telle blessure prend de l'énergie. J'étais vraiment fatigué pour suivre le tempo à Oman suite à cette chute. Sans ce contretemps, je suis convaincu que ce samedi, j’aurai été sans soucis dans le final. C’est encore possible, mais je vais mettre un point d'interrogation ».

Cette blessure est aussi une plaie pour son équipe, Green Edge qui misait beaucoup sur lui. « C’est dommage mais ils savent ce que je suis capable de faire sinon je ne serai pas ici. Mes efforts déployés durant l’hiver finiront par payer ».

Il est d’ailleurs très content d’avoir rejoint cette formation. « J’ai eu de très bonnes années à la Rabobank mais, maintenant, je suis chez Green Edge. Ici je suis protégé pour les classiques du nord. Après la saison passée je me suis fait la promesse de continuer à progresser sur ces courses, et je vais faire en sorte que ma promesse s’accomplisse ».


http://www.cyclismactu.fr/news-langeveld-un-point-d-interrogation-pour-samedi-22544.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Jeu 1 Mar 2012 - 18:53

L’équipe accueille donc trois nouveaux membres Wink.

Qu’on soit bien clair dès le départ, nous n’attendons pas de miracle de ces coureurs, ou tout du moins, pour deux d’entre eux.
En effet, Oleg CHUZHDA et Jonathan Patrick MCCARTY intègrent l’équipe surtout pour leurs Nationalités, puisqu’ils sont respectivement les premiers Ukrainien et Américain de l’équipe depuis sa création (début 2010). Disons, qu’ils auront pour but de représenter au mieux l’équipe sur des petites courses, notamment celles à étapes.
Concernant Ricardo Augusto Afonso VILELA, notre troisième recrue, nous espérons reproduire le même coup que l’an dernier (cf. l’engagement de Sergio SOUSA). C’est un jeune Portugais qui semble progresser régulièrement, et qui pourrait très bien se révéler sur les quelques courses auxquelles il prendra part...
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Ven 2 Mar 2012 - 22:45

Sergent : « Passer un cap en 2012 »

C’est en 2010, sur les routes du Tour de Gila, que Jesse Sergent avait tapé dans l’œil de Radio Shack. Alors pensionnaire de la réserve Livestrong, le Néo-Zélandais avait battu contre la montre Levi Leipheimer et David Zabriskie. En 2011, sa première saison pro est venue confirmer tous les talents de rouleur de ce jeune garçon de 23 ans venu de la piste : vainqueur du prologue et du classement général des Trois jours de Flandre occidentale, du chrono et du général du Tour du Poitou-Charentes, et du chrono de l’Eneco Tour… Ce vendredi, il revient sur les lieux de sa première victoire parmi l’Élite.

Jesse, vous revoilà sur les Trois jours de Flandre occidentale. Dans quelle forme ?
Je me suis bien entraîné. Je viens d’enchaîner le Tour d’Algarve et le Samyn. Je me sens de mieux en mieux. La saison passée, sur la course belge, j’ai pu montrer ce que je pouvais faire, certes avec un peu de chance. Et pour 2012, cette course a beaucoup d’importances à mes yeux. J’y arrive en bonne condition.
Donc cela signifie que vous allez faire le doublé ?
Qui sait ? En tout cas, j’ai l’envie d’y faire quelque chose. Mais en 2012, je veux surtout passer un cap. En ce sens, je suis enthousiaste de pouvoir courir le Giro. Cela me permettra d’accumuler de l’expérience sur un premier grand tour. Et puis il y a les Jeux Olympiques. Je tiens tout particulièrement à faire quelque chose sur cette course importante.
Aux Trois jours de Flandre occidentale, il y aura de nouveau un prologue en ouverture. Votre dernier chrono remonte au Tour d’Algarve, vous aviez pris la cinquième place.
Satisfaisant ?

Ce contre-la-montre au Portugal m’a permis de faire un premier test intéressant. J’ai pu constater que j’allais déjà bien. J’avais de bonne sensations. C’était un bon test face à des gars comme Tony Martin ou Bradley Wiggins.
Récemment, nous avons interviewé Jack Bauer, George Bennett… Les Néo-Zélandais sont de plus en plus nombreux… !
C’est vrai que la Nouvelle Zélande est petit à petit en train de s’installer dans le peloton. La piste nous aide beaucoup, elle nous offre une vraie visibilité. Nous sommes un pays qui progresse dans le cyclisme. La fédération fait un excellent travail pour nous. Et le public répond bien présent. La jeunesse s’installe progressivement au pouvoir mais il faudra gérer notre maturation.
En Nouvelle-Zélande, on a qui comme idole quand on est coureur ?
On a les mêmes coureurs que tout un chacun. Personnellement, j’aime bien Lance Armstrong. À la maison, je le voyais toujours dans les magazines ou à la télévision. Et puis j’ai réussi à intégrer le projet Trek Livestrong. Je l’ai rencontré. Il m’a fait pas mal d’effet. Mais bon maintenant je suis chez Radio Shack – Nissan, je m’entraîne avec des gars comme les frères Schleck, Klöden ou Cancellara. Et ça fait bizarre car tous ces gars, avant, je les voyais à la télévision !
Trois Néo-Zélandais (avec Bennett et Roulston), mais aucun Australien au sein de la Radio Shack : Johan Bruynell aimerait-il particulièrement les kiwis ?
(Rires) Il se peut que M. Bruyneel ait un lien particulier avec les Néo-Zélandais. Même l’année passée, il y avait aussi Sam Bewley au sein de la Radio Shack. Mais voilà, il y a une dynamique en marche au sein de mon pays pour le cyclisme. Et cela fonctionne car on intègre des équipes de très haut niveau.
Chez vous, c’est très loin de la plupart des courses, en Europe. Du coup, que faites-vous l’hiver ?
Après Paris-Tours, je suis retourné à la maison. J’en ai profité pour revoir la famille et les amis mais surtout je conduis ma voiture. Je fais tout sorte de chose que je n’ai pas l’habitude de faire pendant la saison. Et puis c’est le top quand tu es à la maison, car tu profites d’une météo excellente là-bas. C’est l’été ! Cette saison, ça a été un peu particulier car après quelques semaines, je suis directement reparti pour le stage à Calpe début décembre avant de revenir. Cela a coupé mon retour.
Vous avez gagné cinq fois l’an passé, chaque fois grâce à vos qualités de rouleur. Vous allez axer votre carrière là-dessus ?
C’est un avantage non négligeable. Je veux me concentrer sur cet aspect pour aller encore plus vite, et je dois le faire à fond, car il y a beaucoup d’excellents coureurs dans le peloton. Je ne peux pas me permettre de me focaliser sur d’autres points, car je perdrais la puissance nécessaire pour être un bon coureur de contre-la-montre.
Vous avez aussi aidé Taylor Phinney a remporter Paris-Roubaix espoirs à deux reprises. Et vous avez gagné les Trois jours de Flandre occidentale. Les classiques pavées, ça pourrait être un objectif aussi ?
J’aime ces courses. Elles me galvanisent, en quelque sorte. Je voudrais faire le Tour des Flandres ou Paris-Roubaix aux côtés de Fabian Cancellara. Mais il me faut gagner ma place. Mais bon, je serais déjà content si je pouvais faire des courses comme le GP E3 ou Gand-Wevelgem.
Comment faire pour progresser sur ce terrain si particulier ? Bouffer du pavé et du kilomètre en Belgique ?
Je dois courir, m’améliorer. Et ça passe par des petites courses. Elles te donnent de l’expérience et toi, tu dois garder dans un coin de la tête que bientôt, tu seras sur une grande classique. Après, même si on me proposait de venir habiter en Belgique pour rouler sur ces pavés, je refuserais, ou je le ferais tout au mieux deux mois. Rien de tel que l’Espagne pour pouvoir s’entraîner. Là, tu as le soleil, des parcours adéquats avec des bosses qui me conviennent.
Quel regard portez-vous sur les débuts pros de l’énorme génération Trek-Livestrong, dont vous êtes sorti avec Phinney et Dowsett ? Vous vous êtes tous déjà très bien adapté. Ça vient du fait qu’avec Axel Merckx, vous étiez déjà de vrais petits pros ?
C’est vrai que la structure mise en place chez Trek-Livestrong permet de vraiment progresser. J’ai eu deux saisons dures, intenses mais pleines d’enseignements grâce au travail d’Axel Merckx. J’ai eu la possibilité de courir des courses comme le Tour du Qatar ou le Tour d’Oman. C’est sur ce genre d’épreuves que tu apprends, que tu te confrontes aux meilleurs et que tu tires leçons de tes erreurs de jeunesse. J’ai vraiment eu la chance de faire partie d’une équipe importante et très professionnelle pour un jeune.
Vous êtes toujours en contact avec Axel Merckx ?
Oui, mais aussi avec les autres comme Taylor ou Alex. On a vécu de bons moments ensemble et on prend régulièrement des nouvelles l’un de l’autre.


http://www.velochrono.fr/actu/2012/sergent-passer-un-cap-en-2012/
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mar 6 Mar 2012 - 19:38

Quelques mots concernant la 2nd place de Jesse SERGENT sur les Driedaagse van West-Vlaanderen.
Malgré un prologue en demi teinte (5ème), il remonte un après sur le podium de l'épreuve qui l'avait vu remporter sa première victoire chez les professionnels. Une confirmation en quelque sorte...

Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mar 6 Mar 2012 - 19:45

L'analyse de notre leader après sa déconvenue sur la 2nd étape de Paris-Nice. On est pas entièrement convaincu par son discourt... :dsd:

Coppel : « C’est le jeu »

Dimanche matin, Jérôme Coppel était l’une des, si ce n’est la meilleure chance française pour le classement général de Paris-Nice. Ce lundi soir, le leader de Saur-Sojasun n’a déjà plus aucune chance de podium final. Piégé, comme beaucoup d’autres, par les bordures qui ont animé la 2e étape de la Course au soleil, il se montrait néanmoins lucide à l’arrivée à Orléans. « Forcément, le classement général est perdu, convient-il auprès de Velochrono. Mais on reste en course pour les places d’honneur. Si Saur-Sojasun n’est pas là pour rouler, je ne vois pas comment on peut finir aujourd’hui. » Plus que d’avoir perdu 2’30″ sur le groupe de 21 coureurs qui s’est joué la gagne ce lundi, le Savoyard regrette le comportement des formations des autres leaders piégés. « Je suis déçu, parce qu’il y avait énormément d’équipes qui n’étaient pas représentées à l’avant. Et il n’y a que nous qui avons roulé dans les quarante derniers kilomètres. C’est dommage, car les gars ont super bien roulé. Ils ont maintenu l’écart avec les vingt de devant. C’est quand même beau. »
Pourtant, les coureurs de Saur-Sojasun étaient prévenus. Cette 2e étape était propice aux bordures, tout le peloton était au courant. Mais les protégés de Stéphane Heulot ne sont pas de grands habitués à ces manœuvres, Coppel le premier. « Les bordures, ce n’est pas spécialement mon truc, reconnaît-il, avant d’expliquer l’épisode de l’intérieur. Dans la tête, on ne s’affole pas. On espère que ça s’organise. On savait qu’il y aurait le vent de face sur le retour. Donc on se disait que si on était un gros groupe, on pouvait éventuellement rentrer. Le but était de les maintenir pas loin, jusqu’au vent de face. Quand ça bordure pendant quinze kilomètres, ça va. Mais quand c’est pendant cinquante, ça devient tout de suite plus compliqué… »

« Il y a encore de quoi faire »

La sentence est là. Après seulement deux jours de course, Jérôme Coppel est 24e du général, à 2’46″ de Bradley Wiggins. 2’17″ du top 10, qu’il ne désespère pas d’accrocher. « D’habitude, je ne m’en sors pas trop mal. Aujourd’hui, il n’y a que vingt coureurs devant, avec seulement cinq ou six favoris. Je ne suis pas le seul à avoir été piégé. Mais bon, c’est le jeu… » Plutôt que de se lamenter, il préfère penser à l’avenir. « Envie de revanche dans les jours à venir ? Je ne sais pas… Mais c’est sûr que j’aurai l’envie de faire quelque chose de bien. Il reste six jours de course. Il y a encore de quoi faire ! »


http://www.velochrono.fr/actu/2012/coppel-cest-le-jeu/
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Lun 12 Mar 2012 - 22:41

Coppel : "J'ai manqué de réussite..."

La formation Saur-Sojasun était venu sur ce Paris-Nice dans l’optique d’emmener son leader, Jérôme Coppel vers un top10, « voire mieux ». Finalement après une première étape chronométrée où Coppel termine dixième à quinze secondes, l’équipe dirigée par Stéphane Heulot perd toute ambition au classement général dès la deuxième étape, se faisant piégée dans un grand coup de bordure. Il ne reste plus alors qu’à viser les victoires d’étape mais là aussi la tâche ne s’annonce pas facile. « Sauf Samedi, l’équipe Sky n’a jamais vraiment laissé partir. Quand Jimmy Engoulvent était échappé ils n’ont jamais laissé de champ alors que l’échappée n’était absolument pas dangereuse pour le classement général » confie Stéphane Heulot.
Dernière chance de s’illustrer pour Saur-Sojasun le contre-la-montre du Col d’Eze. D’autant plus qu’à l’occasion d’un stage à l’intersaison à Saint-Raphaël, l’équipe en avait profité pour repérer ladite ascension. Et la stratégie s’est révélée payante puisque Jérôme Coppel réussit a accrocher une très belle cinquième place, qui lui permet de grappiller quatre place au classement général pour finir au pied du top 10. De quoi nourrir des regrets pour le Haut-Savoyard qui aurait pu espérer une belle performance s’il avait été épargné par la malchance. Cyclism’Actu est allé à la rencontre de Jérôme Coppel une fois la ligne d’arrivée franchie.

Jérôme Coppel, vous vous classez cinquième de ce contre-la-montre final au Col d’Eze, c’est une bonne performance.
J’avais à cœur de bien faire ce contre-la-montre, voir où j’en était au niveau des sensations. Toute la semaine, elles étaient plutôt bonnes, malheureusement je me suis fait piégé Lundi, j’ai déraillé dans Mende alors que les sensations étaient vraiment bonnes. J'ai manqué de réussite toute la semaine, du coup j’avais à cœur de réussir ce chrono.
Le contre-la-montre, c’est justement votre spécialité, mais c’était un contre-la-montre un peu particulier, en côte. C’est un exercice que vous aviez travaillé spécialement ?
C’est vrai, le chrono est ma discipline de spécialité, j’avais encore travaillé ça avant Paris-Nice, même si je n’avais pas spécialement préparé le contre-la-montre en bosse. Un chrono en bosse pur comme celui-ci, c’est réellement le premier que je fais chez les professionnels. J’aime bien les chronos et j’aime bien aussi la montagne, là c’était un mixe des deux donc pour moi c’était parfait.
Vous connaissiez la montée du Col d’Eze ?
Je connaissais le Col d’Eze avant ce Paris-Nice, nous étions venu à l’occasion de notre stage à Saint Raphael en Novembre dernier. Ce matin je l’ai fait une fois en voiture, une fois à vélo. Je savais où j’allais, j’avais bien travaillé ça.
Vous finissez cinquième de ce chrono, devant certains grands noms, c’est une source de satisfaction pour vous ?
J’étais venu pour un top10 voire mieux. L’objectif n’est pas rempli mais le résultat du jour prouve que la préparation était bonne, était juste. Je sais donc à quoi m’en tenir pour l’année prochaine.
Finalement, c’est véritablement l’étape d’Orléans qui a enterré vos ambitions, existe-t-il un moyen de travailler les bordures ?
Il y a toujours un moyen de travailler et de progresser. Je n’ai pas fait beaucoup de courses avec des bordures. J’ai manqué aussi de réussite, il ne m’a pas manqué grand-chose pour être dans la première donc maintenant il faut faire des courses qui permettent de travailler cet exercice, Il faut pratiquer ce genre de course. Si on veut être bon en montagne, il faut pratiquer des cols, pour maitriser les bordures, il faut faire des courses où il y a des bordures, ça s’apprend difficilement à l’entrainement. On peut être le plus fort et se faire piégé quand même.
Quel va être la suite de votre programme ?
Récupérer un peu pour commencer car j’ai fait un début de saison plutôt intense. Donc là dans un premier temps je vais récupérer un peu avant de commencer un nouveau cycle de préparation avant de m’entrainer spécifiquement pour le Tour de Romandie je pense.


http://www.cyclismactu.net/news-jerome-coppel-j-ai-manque-de-reussite-22953.html

Bizarre, j'avais loupé le fait que SAUR était invitée au Tour de Romandie... :dsd:
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mar 13 Mar 2012 - 18:31

Première victoire de la saison pour notre leader Joaquin RODRIGUEZ Smile.
Malgré une forme loin d'être optimale, il à réussi à surprendre ses adversaires sur la 6ème étape de Tirreno - Adriatico. Au final, il prend une bonne sixième place au Classement Général.



Rodriguez : "J'ai voulu me rattraper"

Joaquin Rodriguez a trouvé le chemin de la victoire lors de la 6ème étape du Tirreno Adriatico. Le leader de la Katusha Team a déposé tout le monde à un kilomètre de l'arrivée : "Je suis très heureux de décrocher ce succès aujourd'hui", déclare-t-il juste après avoir franchi la ligne d'arrivée. "Je n'ai pas été en grande forme lors des deux dernières étapes et j'ai déçu. J'ai donc voulu me rattraper aujoud'hui, et je pense avoir fait une belle performance."

Même si Oscar Freire lui avait signalé qu'il avait de bonnes jambes, l'Espagnol a voulu tenté sa chance : "L'étape était taillé pour Freire, mais quand j'ai vu comment se déroulait la fin de l'étape, j'ai pensé que la meilleure façon pour accrocher la victoire était d'anticiper et d'attaquer. C'est en tout cas un succès important pour notre équipe."

Lâché au général, Rodriguez a, avec cette performance, pris confiance pour le Tour de Pays-Basque (19 au 25 mars 2012), son premier gros objectif de la saison 2012.


http://www.cyclismactu.fr/news-tirreno-adriatico-rodriguez-j-ai-voulu-me-rattraper-22962.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mer 14 Mar 2012 - 19:04

Duarte : « Les gens nous avaient oubliés »

Tirreno-Adriatico a été la première course World Tour de Colombia Coldeportes en 2012. La prochaine sera Milan-Sanremo. Les grimpeurs sud-américains ont convaincu beaucoup d’organisateurs pour la saison à venir, alors que leurs résultats demeurent pour l’instant modestes. Fabio Duarte, leader de cette équipe, promet que la progression se fera pas à pas et explique à Cobbles & Hills, site espagnol partenaire de Velochrono, comment il voit les perspectives.

La course aux invits

La saison 2011 fut la première de Colombia es Pasion au niveau Continental Pro. Un exercice de pur apprentissage. Pas de gros résultat à la clé mais néanmoins la fondation de bases qui ont permis de grandir l’hiver venu. Nairo Quintana est certes parti mais Fabio Duarte est arrivé. L’ancien champion du monde espoirs devait trouver un point de chute après l’arrêt de Geox. Le projet national l’a alors convaincu. « Fier d’être dans cette équipe » et « fier de cette situation de leader », le grimpeur est persuadé qu’il a choisi la bonne destination, sous la houlette de Claudio Corti. Pour 2012, la structure est devenue Colombia Coldeportes et même si ses premiers résultats au plus haut-niveau tardent à arriver, son visage potentiellement séduisant en montagne a incité bien des organisateurs World Tour à lui attribuer des invitations. Les « Sudam » étaient à Tirreno-Adriatico jusqu’à mardi, enchaînent avec Milan-Sanremo et seront aussi au Critérium international.

Ce n’est que depuis janvier que les Colombiens sont en Italie. « On a eu du mal à supporter le froid durant les premières semaines, mais on s’est adaptés petit à petit et maintenant on est habitués, rassure Fabio Duarte. En arrivant sur Tirreno-Adriatico, tout le monde, moi y compris, était impatient de se tester sur la longue montée de Prati di Tivo, pour prendre le bon rythme de la compétition et surtout mieux appréhender les prochaines courses du calendrier. » Que ceux qui remarquent que sur leur terrain de prédilection, les Colombia Coldeportes n’ont guère pesé sur la course, soient avertis : ce n’était qu’une préparation consécutive à un hiver patient. L’objectif est de rapidement « obtenir des résultats » pour « récupérer de nouvelles invitations. »

Tel est le projet qu’avaient vendus les dirigeants de cette équipe quand ils ont enrôlé Fabio Duarte. Conviction partagée de tous les membres du staff : il y a une possibilité réelle de participer à un grand tour dès 2012. Ce ne sera pas le Giro. Ce ne sera certainement pas le Tour. Ce sera peut-être la Vuelta. « Avec le travail, de jour en jour, je crois que l’on y arrivera », affirme Fabio Duarte, plus dans une optique long terme, car il a « toujours rêvé d’être dans une équipe 100 % colombienne et de disputer avec celle-ci les plus grandes courses du monde. » Il résume l’ambition générale : « Notre objectif, c’est de réunir chez Colombia – Coldeportes les meilleurs coureurs colombiens et de courir avec eux les grands tours. »

« Nous voulons que notre vélo redevienne ce qu’il était dans les années 80 »

Mais pourtant ils sont encore loin d’être tous chez eux. Nairo Quintana n’est plus là, Sergio Henao et Rigoberto Uran sont chez Sky, Cayetano Sarmiento et Carlos Betancur chez Acqua e Sapone… « Mais on a des garçons d’expérience comme Victor Hugo Peña et on a des coureurs avec un fort fort potentiel, rétorque Fabio Duarte. Il y a Darwin Atapuma, Jarlinson Pantano, mais aussi Jhoan Chavez qui a remporté le Tour de l’Avenir l’an dernier. Cela fait beaucoup de talents colombiens. » L’ancien pensionnaire de La Pomme Marseille, à 25 ans, se situe entre deux générations. En 2012, il entend assumer son rang, « gagner beaucoup de courses » et assure qu’il est conscient de l’importance, pour lui, de sa participation à la Flèche wallonne, où il s’agira d’impressionner ASO sur les rampes du Mur de Huy.

Il espère aussi incarner une colonie de retour au premier plan. « Nous sommes restés dans l’ombre pendant quelques années, explique-t-il. Les gens nous avaient oubliés. Je crois que nous connaissons un nouvel essor. Nous voulons que notre vélo redevienne ce qu’il était dans les années 80. Avec l’appui que nous recevons en Europe, nous pouvons arriver à nos fins. » Il remercie tous ceux qui soutiennent le cyclisme colombien, y compris « les journalistes qui se sont intéressés » à eux. Et ils ne sont pas que locaux. « Dès que nous commencerons à avoir des résultats, notre équipe gagnera en crédibilité. » Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir et au moins autant d’attente. Le défi colombien n’est pas mince. Auront-ils les épaules ?


http://www.velochrono.fr/actu/2012/duarte-les-gens-nous-avaient-oublies/
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Jeu 15 Mar 2012 - 18:34

Oscar Freire: "Mon objectif numéro 1"

L'Espagnol Oscar Freire, triple vainqueur de la "Primavera" (2004, 2007 et 2010) compte bien monter sur la plus haute marche du podium ce week-end. Pleinement satisfait de son état de forme, le coureur de la formation Katusha, explique qu'il a fait les dernières étapes de Tirreno-Adriatico un peu "en dedans" afin d'arriver avec le plus d'énergie possible sur la course Milanaise. "Milan-San Remo est actuellement mon objectif numéro un. J'ai déjà gagné cette course auparavant et je veux la gagner une quatrième fois. Je suis très optimiste et confiant, car je sais que toute l'équipe Katusha va courir pour moi". Son équipe parlons en. Le sprinter Espagnol s'y sent tout à fait à l'aise, et cela compte beaucoup évidement pour un coureur. "Dans cette équipe je me sens comme à la maison, j'ai d'excellentes conditions pour l'entraînement, et les deux victoires que j'ai eu cette saison sont le résultat de tout ce que l'équipe fait pour moi, c'est à dire, le meilleur qui se fait aujourd'hui dans le cyclisme moderne." dit-il dans un entretien avec SovSport. Bien évidément, vous l'aurez compris, pour Freire, la bonne entente des coureurs au sein d'une équipe est la condition sin equa non pour réussir. Maintenant, reste à savoir qui aura la recette magique pour tirer son épingle du jeu lors du mythique Milan-San Remo...


http://www.cyclismactu.fr/news-milan-san-remo-oscar-freire-mon-objectif-numero-1-22996.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Ven 16 Mar 2012 - 17:42

Bonnet : « Être présent dans le final »

En prenant la décision de disputer Tirreno-Adriatico plutôt que Paris-Nice, William Bonnet entendait préparer au mieux la campagne des classiques, qui débute samedi avec Milan-Sanremo. Pour jouer sa carte personnelle. Car à 29 ans, le coureur de la FDJ-BigMat espère, comme tous ses coéquipiers, franchir un cap lors des grands rendez-vous printaniers. Velochrono a pris la température.

« Tirreno-Adriatico était une bonne préparation »

Chaque année, c’est le même refrain. Tirreno-Adriatico ou Paris-Nice. Laquelle de ces deux courses d’une semaine permettra d’arriver dans de bonnes dispositions le samedi à Milan-Sanremo. Avec la FDJ-BigMat, William Bonnet a fait le choix de la course des deux mers. Placé à l’occasion de la deuxième étape entre San Vincenzo et Indicatore, il a abandonné le dernier jour lors du contre-la-montre individuel de San Benedetto del Tronto. « Le parcours de cette année était beaucoup plus difficile que les saisons précédentes, juge-t-il. Mais je pense que c’est une bonne préparation pour les classiques à venir. »
C’est là qu’était l’enjeu. Confrontée à une rude concurrence, la FDJ-BigMat n’a certes pas réussi à se mettre en évidence à Tirreno-Adriatico, mais l’essentiel était ailleurs. « Et puis sur cette course, on n’avait qu’un seul grimpeur, rappelle William Bonnet. Thibaut Pinot pouvait espérer jouer quelque chose au général. Les circonstances de course font qu’il n’était pas devant. Il est jeune, il est là pour apprendre. Il a encore quelques lacunes pour se placer dans les endroits stratégiques de la course, mais on espère que cela viendra. »

« Me donner à fond jusqu’à Paris-Roubaix »

« Ce sont de bonnes conditions pour rouler, car les étapes sont longues, avec souvent plus de 250 kilomètres, poursuit-il. C’est souvent là que les coureurs viennent pour préparer les classiques comme Milan-Sanremo. Ce n’est pas souvent que l’on dispute des courses de près de 300 kilomètres dans la saison. C’est une course indécise : les meilleurs sprinteurs, mais aussi les puncheurs et les grimpeurs, sont capables de l’emporter samedi. Si quelqu’un arrive à faire la différence sur les dernières difficultés, il peut aller au bout. » Pour William Bonnet, la FDJ-BigMat doit la jouer collective afin d’être présent dans le final et espérer obtenir des accessits. « Depuis le début de saison, Dominique Rollin marche bien. Mais chez nous, il n’y a pas vraiment de grands leaders. Tout le monde aura sa chance. C’est surtout le déroulement de la course qui décidera de la tactique à adopter. »
Celui qui entame sa deuxième saison avec la formation de Marc Madiot ne cache pas son ambition personnelle pour les prochains rendez-vous. « Je veux être prêt à 100% pour les classiques, clame-t-il. J’espère être présent dans le final de ces courses, à Milan-Sanremo mais également sur le Tour des Flandres et à Paris-Roubaix. » En 2010, l’ancien pensionnaire de la Bbox Bouygues Telecom avait pris la 10e place du Ronde. L’an passé, on l’avait même vu terminer sixième du Grand Prix E3, à Harelbeke, une référence à ce niveau. Les classiques du nord, il y est à l’aise et les années qui passent ne pourront que lui permettre de se rapprocher de ses objectifs, l’expérience grandissante aidant.
Aussi, William Bonnet évolue. Si on l’a parfois connu excellent sprinteur, comme lors de son succès en 2010 lors de la deuxième étape de Paris-Nice, il n’a pas la « prétention de se mesurer aux meilleurs » dans cet exercice. « Dans l’équipe, mon rôle est plus d’aider des coureurs comme Yauheni Hutarovich, Arnaud Démare ou Nacer Bouhanni, décrit-il. Je suis plus dans l’optique de préparer les classiques que de jouer les sprints… » Un choix de carrière qu’il entend rendre payant. « Je vais me donner à fond jusqu’à Paris-Roubaix », promet-t-il. On se rappelle le 8 avril ?


http://www.velochrono.fr/actu/2012/bonnet-etre-present-dans-le-final/
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mar 20 Mar 2012 - 19:55

Oscar Freire : "Je ne suis pas déçu"

Septième de Milan-San Remo aujourd’hui, Oscar Freire en restera donc à trois succès sur la Primavera. Le coureur espagnol de la Katusha visait en effet un quatrième succès, qui lui aurait permis de rejoindre Erik Zabel notamment au palmarès de la course.

« J’ai fait de mon mieux mieux aujourd’hui, a déclaré Freire à peine arrivé. Je ne pouvais pas faire plus que cela. Malheureusement, mes jambes n’ont pas réagi comme je l’attendais, et quand l'échappée est partie dans le final, j'ai réalisé que je ne pourrais pas me battre pour la victoire. Quoi qu'il en soit, je suis resté dans le groupe car je voulais faire le sprint du peloton. Mais même si je me sentais mieux, je n'aurais pas pu reprendre Nibali, Cancellara et Gerrans. C'est mon dernier Milan-Sanremo, mais je ne suis pas déçu, assure le coureur »


http://www.cyclismactu.fr/news-milan-san-remo-oscar-freire-je-ne-suis-pas-decu-23050.html

Oscar ne semble pas déçu par son résultat, mais ce n'est pas notre cas. Les occasions seront rares pour lui de pouvoir quitter le peloton sur une grande victoire... :dsd:
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mar 20 Mar 2012 - 19:59

Coppel forfait pour le Critérium International

L'infirmerie de l'équipe SAUR-SOJASUN connaît actuellement une affluence inhabituelle. Jérôme Coppel souffre d'une douleur au genou droit depuis la fin de Paris-Nice. Probablement atteint d'une tendinopathie rotulienne, le coureur Haut Savoyard a été contraint de réaménager son programme. Forfait au Tour de Catalogne qui s'élance ce lundi, Jérôme Coppel devra renoncer également au Critérium International le week-end prochain en Corse. Le bilan médical est en cours.


http://www.cyclismactu.fr/news-infirmerie-coppel-forfait-pour-le-criterium-international-23090.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mar 20 Mar 2012 - 20:02

Tendinite pour Joaquim Rodriguez

Vainqueur de la sixième étape du Tirreno-Adriatico la semaine passée, le coureur Espagnol Joaquim Rodriguez, a révélé une drôle d'anecdote aujourd'hui, à biciciclismo. En effet, il a expliqué avoir changé de chaussure, la veille de l'étape qu'il a remportée. "J'avais des chaussures très anciennes et on a décidé de les changer par des neuves. C'était une erreur. On sait très bien que vous ne devez jamais faire ce genre de chose pendant une course, parce que parfois un léger changement dans la position peut causer ces problèmes, mais je me suis laissé tenter, et je ne vais pas faire un retour en arrière maintenant ", explique l'espagnol.

Mais quelques jours plus tard, ces mêmes chaussures lui ont provoqué une tendinite au niveau du tendon d'Achille. "J'ai remarqué les premières gènes après la dernière étape du Tirreno, le lendemain de ma victoire. Heureusement je me suis arrêté dans le temps et je ne pense pas que la blessure est très grave. J'espère avoir récupéré et être en parfait état pour mon prochain rendez-vous, le GP Miguel Indurain, puis le Tour du Pays Basque" conclut Purito.


http://www.cyclismactu.fr/news-infirmerie-tendinite-pour-joaquim-rodriguez-23108.html

La poisse !!!
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Ven 23 Mar 2012 - 23:31

Bonne surprise lors du GP E3 Prijs Vlaanderen, avec la seconde place de Oscar FREIRE Smile. Il était à deux doigts de réaliser le hold-up parfait...





Oscar Freire : "J'aurais pu l'emporter !"

Pour sa première année en World Tour, le Grand Prix E3 Harelbeke n’a pas vu le beau numéro d’un grand coureur de Flandriennes comme ça a pu être le cas ces dernières années. Pour autant la course a été loin d’être fade avec beaucoup d’attaques. Mais c’est finalement un sprint d’une trentaine, quarantaine d’unités qui a eu lieu à Harelbeke. Boonen l’emporte d’un souffle devant Freire, signant ainsi sa cinquième victoire dans cette course. Mais le champion Belge, que son coéquipier Jérôme Pineau nous avait révélé la semaine passée être en très grande forme, n’est pas passé loin de se faire devancer par Oscar Freire. Celui-ci vient échouer vraiment tout près du boyau de Tom Boonen.
Après l’arrivée le coureur Espagnol livre ses impressions et attaque d’entré « j’ai fais une grosse erreur ! ».

« La journée s’est bien passée, si ce n’est que, bien sûr, dans les montées pavés je ne peux pas suivre les touts meilleurs et que j’ai été retardé dans le Vieux Kwaremont, mais, contrairement à d’habitude, nous avons pu arriver au sprint d’un groupe assez important. La course est dure mais les équipes ont très bien contrôlé donc ce n’est pas surprenant comme issue.

Dans le sprint final je fais une grosse erreur, j’ai lancé mon sprint beaucoup trop tard. J’ai vu l’arrivée alors que nous n’étions qu’à deux cent mètres et j’étais trop loin. Je dois avouer que je ne connaissais pas très bien le final et c’est sans doute à cause de ça que je ne fais que deuxième. Je me sentais vraiment très bien, en très grande forme et sans cette erreur, j’aurais pu l’emporter.
Au moins c’est de bon augure pour Gent-Wevelgem Dimanche mais c’est vraiment dommage… Je ne vois pas du tout le Grand Prix E3 Harelbeke comme une course de préparation, c’est une course vraiment importante et j’étais venu ici pour gagner. J’espère pouvoir faire mieux sur Gent-Wevelgem. »


http://www.cyclismactu.fr/news-gp-e3-oscar-freire-j-aurais-pu-l-emporter-23190.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Mar 27 Mar 2012 - 21:07

Oscar Freire : « Tom Boonen n'est pas imbattable »

Vexé de son week-end flandrien, l’Espagnol Oscar Freire ? Tout simplement parce que le sprinteur de la formation Katusha a, en effet, échoué à deux reprises sur un roc, le Belge Tom Boonen. Petit rappel des faits et des mésaventures de Freire. Vendredi dernier, c’était, tout d’abord, sur le Grand Prix E3 Harelbeke où l’Espagnol se fait battre d’un boyau par le pensionnaire de chez Omega Pharma Quick Step. Puis, dimanche, sur Gand-Wevelgem, où là Freire a lâché prise dans le sprint final voyant que c’était bien perdu, terminant, du coup, à la quatrième place. Alors, à l’approche du Tour de Flandres, ce dimanche 1er avril, la troisième Flandrienne World Tour sera-t-elle la bonne pour l’ancien champion du monde ? Oscar Freire peut-il vraiment s’adjuger le Ronde ?

Oscar, deuxième du GP E3 Harelbeke, quatrième de Gand-Wevelgem, cela ne veut décidément pas vous sourire…
Oui, je suis vraiment déçu car, sur le GP E3 vendredi dernier, je lance mon sprint trop tard et je viens échouer tout près de la roue de Tom Boonen. Là, aujourd’hui (hier dimanche) c’est l’inverse. Je lance mon sprint de trop loin et je ne peux pas tenir. Je me fais remonter. Je suis au bout de mon sprint mais nous n’avons pas encore passé la ligne d’arrivée. Donc, c’est logique de voir Boonen, Sagan et Breschel qui me passent devant. Je finis, du coup, au pied du podium. C’est rageant, vexant et décevant, c’est tout !
Reste que vous semblez en très grande forme et, à quelques jours, du Tour des Flandres, c’est plutôt bon signe, non ?
Oui, c’est vrai. Je me sens très bien. Mes sensations sont excellentes. Ce qui me déçoit vraiment aussi, c’est qu’aujourd’hui (hier dimanche) les sensations étaient très bonnes. Elles étaient bien meilleures qu’à E3 Harelbeke, il y a deux jours. Gand-Wevelgem, c’est la classique Flandrienne pour sprinteurs donc c’était sans doute ma meilleure chance de victoire et ça n’a pas marché. C’est vraiment dommage de ne pas pouvoir profiter de mon très bon état de forme. Car, il faut être honnête et il ne faut pas trop rêver non plus, le Tour des Flandres, ce n’est pas trop pour moi !
Vous pensez ne pas pouvoir faire bonne figure sur le Ronde…
Je ne sais pas et je ne veux pas trop m’avancer encore. Le Tour des Flandres, c’est vraiment autre chose. Oui, c’est vrai que je suis en grande forme et que j’étais à l’avant dans le final du Grand Prix E3 Harelbeke et encore sur ce Gand-Wevelgem. Mais le Tour des Flandres, c’est beaucoup plus dur, surtout cette année vu que le parcours a été modifié dans les difficultés.
Qu’est-ce qu’il vous manque pour pouvoir rivaliser avec les meilleurs sur le Tour des Flandres, dimanche ?
C’est simple et ne peux que vous donner l’exemple de ma course vendredi sur le GP E3. La journée s’est bien passée pour moi. Si ce n’est que, bien sûr, dans les montées pavées, je ne peux pas suivre trop les meilleurs. Du coup, j’ai été retardé dans le Vieux Kwaremont. Ce qui me rassure, c’est que, contrairement à d’habitude, tout le monde s’est finalement regroupé et nous avons pu arriver à un sprint d’un groupe assez important. La course fut dure mais les équipes ont très bien contrôlé. Il faudrait donc qu’il se passe la même chose sur le Tour des Flandres. Mais les costauds des montées pavées ne voudront, sans doute, pas d’une arrivée au sprint. Non, franchement, ca va être vraiment difficile de faire la même chose sur le Tour des Flandres que sur le GP E3. L’équipe la plus à même de contrôler, c’est la Omega Pharma Quick Step. Mais je ne crois pas qu’ils y aient un intérêt pour elle de faire ça sur le Ronde. Nous verrons bien. Personnellement, je ferais mon possible pour tirer le meilleur parti de ma forme actuelle.
Justement, chez Omega Pharma Quick Step, il y a Tom Boonen qui est vraiment imbattable en ce moment ?
Non, Boonen n’est pas imbattable. Oui, Tom est en grande forme. Il retrouve un sacré niveau auquel on n’était plus trop habitué chez lui. C’est un grand champion qui sait revenir au meilleur niveau après des mois difficiles. Mais, vendredi sur le Grand Prix E3 Harelbeke, par exemple, comme je l’ai dis, je pouvais vraiment le battre. J’étais beaucoup plus rapide. Mais j’ai fait, tout simplement, une grosse erreur. J’ai lancé mon sprint trop tard. Il suffisait de seulement quelques mètres supplémentaires et je passais devant, je peux vous l’assurer. Mais bon, c’est lui Boonen qui a gagné au final et cela que l’on retient et c’est logique. C’est vrai que Tom est très fort. Il est dans une super forme. Il est physiquement au top et il joue très bien tactiquement. Il a aussi la chance d’avoir une excellente équipe autour de lui. On verra s’il va arriver à l’emporter, dimanche, sur le Ronde.
Que peut-on donc vous souhaiter, dimanche, sur le Tour des Flandres, battre Boonen ?
Non car il n’y a pas que Tom à battre. Je veux juste gagner. Pour être sérieux, je ne veux surtout pas refaire de grosses erreurs comme j’ai pu en faire sur le GP E3 et sur Gand-Wevelgem. Comme je vous l’ai dit, vous pouvez compter sur moi, je ferai de mon possible pour tirer ainsi le meilleur parti de ma forme actuelle.


http://www.cyclismactu.fr/news-interview-oscar-freire-laquo-tom-boonen-n-est-pas-imbattable-raquo-23269.html
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Sam 31 Mar 2012 - 20:05

Quelques mots pour annoncer que notre recrutement est bouclé pour cette saison. Deux recrues viennent donc compléter notre effectif.

La première est Kévin REZA. Il a déjà intégré les rangs de l'équipe depuis quinze jours, et vient tout juste de marquer ses premiers points à l'occasion de la Route Adélie de Vitré. C'est un jeune coureur un peu passe partout, qui on l'espère, commencera à se révéler cette année.

Le dernier renfort ce nomme Julian David ARREDONDO MORENO. C'est un jeune Colombien qui a le même age que Kévin (ils sont tous les deux de 1988), et qui a choisi une équipe exotique pour débuter chez les professionnels. Ce choix de carrière nous a intrigué, et nous souhaitons voir quel est le potentiel de ce sud américain...

L'effectif est donc de 30 coureurs désormais, mais rien ne nous interdit de le remanier d'ici à la fin de saison Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Orbea
Ancien membre du Conseil
Ancien membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 10952
Age : 42

MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    Lun 2 Avr 2012 - 19:53

Fracture de la clavicule pour Langeveld

Si la chute de Fabian Cancellara (Radioshack-Nissan Trek) est celle qui a sans doute le plus influencé le Tour des Flandres version 2012, celle de Sebastian Langeveld a probablement été la plus spectaculaire. Après avoir heurté de plein fouet un spectateur en tentant de remonter aux avant-postes du peloton par le trottoir, le Néerlandais est resté au sol et a immédiatement su que sa course s'arrêtait là. Le coureur de GreenEDGE est tombé sur son guidon, heurtant en même temps le bitume. Et le bilan est sans appel pour l'initial leader de l'équipe australienne : fracture de la clavicule. Il sera éloigné des pelotons pendant quelques semaines.


http://www.cyclismactu.fr/news-infirmerie-fracture-de-la-clavicule-pour-langeveld-23411.html

Même si tout n'a pas été rose ce weekend, signalons tout de même la bonne troisième place de Daniel SCHORN sur le Hel van het Mergelland, épreuve remportée par Pavel Brutt.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea    

Revenir en haut Aller en bas
 
CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» CAJA EVRONA (CAJ) - Orbea
» Caja Evrona (CAJ) - Orbea
» Caja Evrona (CAJ) - Orbea
» Caja Evrona (CAJ) - Orbea
» SEAT Orbea (SEA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu Transferts - Forum :: Transferts :: Equipes :: Equipes 2012-
Sauter vers: